L’Empereur hausse le ton

L’Empereur hausse le ton

Marionnettes et ombres

Liang passe le plus claire de son temps à travailler : il est coolie, il transporte des marchandises et le linge des riches. Dans ses temps libres, il s’exerce à dessiner avec un bâton dans la poussière. Il demande qu’on lui prête un pinceau à l’école des beaux arts, mais on lui refuse.
Un jour, un magicien et son assistant, l’oiseau, lui font don d’un pinceau magique. Il peut enfin réaliser son rêve. De plus, tout ce qu’il peint devient réel !
Le méchant empereur a eu vent de son talent de peintre. Il le fait venir au palais auprès de lui pour voir le prodige ! Cependant, Liang refuse de lui peindre de l’or. « Je vois que vous avez déjà de l’or en abondance ! » . Le garçon est jeté en prison.

De nouveau , l’oiseau lui vient en aide. Il lui retrouve son pinceau magique. Sans perdre de temps, Liang peint un dragon afin de pouvoir s’envoler sur son dos. Rattrapé par l’armée, Liang est de nouveau confronté à l’empereur. Cette fois-ci, il adopte une autre attitude ! Il accepte sans broncher de peindre pour lui mais le devance dans ses souhaits : il va lui peindre un grand bateau tout en or ! L’empereur accepte. Quand il monte dans le bateau, Liang se met à peindre beaucoup de vent et des vagues énormes coulent rapidement le bateau.
Enfin, grâce à Liang et son pinceau magique  le peuple est libéré de ce méchant empereur.

Création et interprétation par Deborah Maurice et musique et voix de Lucie Galibois
Avec le soutien de Alison Corbett du Théâtre de Mazade. Une adaptation du conte chinois : ‘Le Pinceau Magique’

Video des extraits: